• CHAPITRE II

     

    • PETIT LOIR ? PETIT LOIR ?

    Petit Loir se réveilla en sursaut dans la pouponnière, sa mère, Demi Lune, penché sur lui.

    • Tu es enfin réveillé ? C'est pas trop tôt, ça fait une éternité que j'essaie de te lever. Mais tu as vu ta fourrure ! s'écria-t-elle horrifiée. Fais vite ta toilette, Étoile du Ciel a rassemblé tout le monde pour ton baptême d'apprenti !

    Mon baptême d'apprenti ? Mon baptême d'apprenti bien sûr ! pensa le chaton. Comment avait-il pu l'oublier ? Il se redressât et entreprit de faire une toilette rapide pour enlever les plumes et les morceaux de mousse accrochés à son pelage noir, mais sa mère le poussait déjà dehors et ils sortirent dans la clairière où tout le monde s'était rassemblé. Petit Loir s'approchât aussi dignement que possible en essayant d'ignorer les regards surpris de ses camarades et vint se placer au premier rang. Étoile du Ciel sauta du promontoire et s'assit devant le chaton. Sous le soleil d'hiver son pelage gris clair luisait d'une lueur argentée.

    • La mauvaise saison promet d'être difficile mais c'est le bon moment pour nommer des apprentis. Fougère Enroulée, la héla Étoile du Ciel, tu es une guerrière forte et loyale, j'espère que tu sauras transmettre tout ce que tu as appris à Nuage de Loir.

     

    Fougère Enroulée... très bon choix. C'est une formidable guerrière. Je ne m’ennuierai pas avec elle, pensa le nouvel apprenti.

     

      • JE FERAIT DE TOI le plus valeureux guerrier que le clan n'ait jamais connu, lui dit Fougère Enroulée, quand leurs truffes se frôlèrent.

      • Nuage de Loir ! Nuage de Loir ! le clama le clan tout entier.

      La voix de sa mère, Demi Lune, était plus forte que les autres tellement elle était fière. Seul son père, Plume Noire, restait silencieux. Depuis sa naissance, il l'évitait comme si il n'avait jamais souhaité avoir un chaton.

      • Il n'est pas fier de moi ? demanda Nuage de Loir à sa mère. Elle se contenta de hausser les épaules, trop heureuse pour se soucier de quoi que ce soit.

      • Bravo Nuage de Loir, le félicita Nuage de l'Aube, une chatte blanche mouchetée de roux. Tu verras, c'est super d'être apprenti.

      • Tu viens ? demanda Fougère Enroulée, on va faire le tour du territoire. Pluie de Granit et son apprenti viennent aussi.

      • D'accord !

      L'apprenti passa sous la voûte qui marquait l'entrée du camp puis partit dans les sous-bois guidés par son mentors en direction des grands chênes, là où les quatre clans se rassemblaient. De tous les clans, celui de la Brume est le plus discret. Celui des Nuages, le plus rapide pour parcourir la lande dans laquelle ils vivent. Le clan de la Source, bon nageur, préfère pêcher dans les multiples ruisseaux de son territoire. Puis le clan de la Feuille, lui, traque les rongeurs dans les sous-bois. Nuage de Loir était fier d'appartenir au clan de la Feuille, si fort, si puissant à ses yeux. Il aimerait bien en être un jour le chef. Cela devrait être chouette, se dit-t-il.

    •  

      • Nuage de Loir ? Tu rêve ? La voix de son mentor le tira de ses pensées et il s'aperçut - trop tard - qu'il allait droit dans un frêne.

      • NUAGE DE LOIR, tu vas bien ? lui demanda Fougère Enroulée, quand il se pris l'arbre.

      •  Oui, oui, ça va, répondit-t-il agacé.

      • Tant mieux, car on n'a pas encore fini le tour du territoire.

      • Dans ce cas, allons-y avant qu'il ne fasse nuit, rétorqua l'apprenti.

        Après avoir longé la barrière épineuse qui gardait l'entrée du camp, la petite troupe arriva devant un gigantesque chêne noir.

      •  C'est le vieux chêne. Les novices l'appellent le chêne céleste tellement il est grand. On dit qu'il monte jusqu'au ciel, et avec lui, le Clan Céleste annonça Pluie de Granit quand ils furent arrivés, c'est là que les guérisseur se rejoignent à chaque demie-lune.

      • Waw, s'extasia Nuage de Loir devant la beauté de l'arbre. Un jour, je monterai tout en haut et j'attraperai un oiseau.

      • Je ne suis pas sûr que ce sera pour tout de suite, lui dit son mentor. Plus tard, peut être. Venez, nous n'avons pas encore fini.

        Le groupe de chats arriva bientôt devant de grands rochers où des chats au parfum étrange prenaient le soleil. Derrière les rochers, une rivière coulait.

      • Voici les rochers chauds, leur apprit Fougère Enroulée. Cette partie du territoire appartient au clan de la Source. Nous n'avons donc pas le droit d'y aller. Tu sens l'odeur du marquage ? ajouta-t-elle pour son apprenti.

      •  Oui.

      •  Tu ne dois pas passer de l'autre côté d'accord ? Les chats, là-bas, ils appartiennent au clan de la Source. Mémorise bien leur odeur.

      •  D'accord. 

        APRÈS AVOIR INSPIRÉ A FOND et renouvelé le marquage de la frontière, les quatre chats partirent vers une autre direction et traversèrent une clairière, montèrent sur un rocher où la mousse avait élu domicile, sautèrent au dessus d'un petit ruisseau et arrivèrent à un endroit ou les arbres commençaient à se raréfier.

      • Pouah ! s'exclama Nuage de Loir en fronçant la truffe. Qu'est-ce qui sent comme ça ? Ça pue !

      • C'est une route.

        Un chat brun avec un collier bleu avait parlé.

      •  Bonjour Hugo, le salua Pluie de Granit.

        Fougère Enroulée expliqua aux apprentis qu'Hugo était un chat domestique mais que s'était un ami et qu'il avait donc le droit d'aller sur cette partie du territoire.

      •  Les hommes s'y déplacent avec des voitures, continua à raconter le chat brun. Avec un peu de chance, vous pourrez peut-être en apercevoir.

        Les félins marchèrent en direction de la route et, à mesure qu'ils se rapprochaient, la puanteur enflait. En sortant des buissons, ils découvrirent une bande de goudron avec des marques blanches. De l'autre côté, s'élevaient des murs.

      •  Ce sont des nids de bipèdes ! s'émerveilla Nuage de Loir. Demi Lune m'en avait parlé quand j'étais encore à la pouponnière.

      •  Se sont des maisons, le rectifia Hugo. Les hommes vivent dedans.

        Tout à coup, un bruit assourdissant envahit l'espace et une masse noire apparut à l'horizon.

        L'apprenti recula quand la route commença à vibrer. La créature qui fonçait vers eux, grossissait à vue d'œil. Les poils de Nuage de Loir se dressèrent sur son échine quand le monstre de métal passa à une vitesse extravagante devant lui. Dans le ventre de la chose deux hommes étaient assis.

      •  UNE VOITURE, murmura-t-il.

      •  Ne nous attardons pas sur cette partie du territoire, miaula Fougère Enroulée. Au revoir Hugo et merci.

        La petite patrouille repartit vers la forêt. Les félins traversèrent une combe de terre battue où Fougère Enroulée leur expliqua qu'ici les apprentis s'entraînaient au combat et bientôt ils s'arrêtèrent devant un nid de bipèdes abandonné à demi détruit.

      •  Voila les ruines, leur dit Pluie de Granit. C'est là que Fleur de Bruyère, notre guérisseuse, fait pousser l'herbe à chat. Et vous connaissez la règle : pas touche à l'herbe à chat, d'accord ?

      •  Compris ! miaula Nuage de Loir.

      •  Le soleil commence à se coucher, il est temps de rentrer au camp, poursuivit son mentor.

        Les quatre chats cheminèrent côte-à-côte sur le trajet du retour. Arrivés au camp, ils se séparèrent. Nuage de Loir rejoignit Nuage de l'Aube qui lui présenta un autre apprenti : Nuage d'Ajoncs, un petit minet roux-flamme. Dans la tanière des apprentis, Nuage de Loir se choisit une place près de Nuage de l'Aube et s'endormit en se disant que, demain, il apprendrait beaucoup de choses.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :